08/03/2012

spots walons / proverbes & expressions en langue wallonne (sûte / suite)

500     

maleûr

Il arive qu'on maleûr èst bon à one saqwè.

T. L. Il arrive qu'un malheur est bon à quelque chose.

Quelquefois une infortune peut procurer des avantages qu'on n'aurait pas eus sans elle.

 

501      

maleûr

On maleûr ni vint jamais tot seû.

T. L. Un malheur ne vient jamais seul.

Se dit quand on accumule les revers, les déceptions.

 

502     

malice

MALICE

C' è-st-one malice cosûwe di gros fi.   

T. L. C'est une malice cousue de gros fil.

Se dit lorsqu'on recourt à des finesses grossières qu'il est aisé de reconnaître.

 

503     

malin

MALIN

C' èst l' pus malin qu' atrape l' ôte.

T. L. C'est le plus malin qui attrape l'autre.

Se dit ironiquement aux personnes qui ont fait un mar­ché désavantageux.

 

504     

malin

I faut ièsse malin po fè l' bièsse.

T. L. Il faut être malin pour faire la bête.

Signifie qu'il faut être intelligent pour feindre l'igno­rance.

 

505     

malin

Il èst trop malin,  i n' vikerè nin vî.

T. L. Il est trop malin, il ne vivre pas vieux.

Se dit plaisamment quand quelqu'un fait montre de capacité.

Se dit parfois en guise de moquerie à l'égard de quel­qu'un qui n'a guère de disposition.

 

506     

malin

T' ès trop malin po l' Bon Diè, li diâle t' aurè.

T. L. Tu es trop malin pour le Bon Dieu, le diable t'aura. Se dit à un roublard.

 

507      

manôye

MONNAIE

Rinde li manôye di s' pîce.

T. L. Rendre la monnaie de sa pièce.

C'est se venger, user de représailles.

 

508      

manôye

Si mète foû manôye.

T. L. Se mettre hors monnaie.

C'est consentir une dépense importante.

 

509      

manôye

Èle bat manôye di-d-coûtchîye.

T. L. Elle frappe monnaie étant couchée.

Se dit d'une femme qui se prostitue.

 

510      

manôye

Payi avou do l' manôye di sindje.

T. L. Payer avec de la monnaie de singe.

C'est se moquer de celui à qui l'on doit, au lieu de le satisfaire ; le leurrer de belles paroles et de fausses pro­messes.

 

511      

mantche

(moussemint)

MANCHE  (habit)

I vaut mia bèle panse qui bèle mantche.

cf. - panse 633.

 

512      

mantche

Frotè l' mantche.

T. L. Frotter la manche.

C'est flatter, cajoler pour obtenir quelque faveur.

 

513      

mantche

(ostèye)

MANCHE   (outil)

I osse o mantche.

cf. - ossi 602.

 

514     

makelote

TÊTE

Tournè di s' makelote.                       

C'est tomber en pâmoison.

 

515     

mârmite

MARMITE

C' èst dins lès vîyès marmites qu' on fait lès mèyeûses dès sopes.

T. L. C'est dans les vieilles marmites qu'on fait les meilleures des soupes.

Se dit en guise d'encouragement à quelqu'un qui veut épouser une personne plus âgée.

 

516     

mârmite

Fè boûre li marmite.

T. L. Faire bouillir la marmite.

C'est procurer les ressources nécessaires au ménage.

 

517     

mârmite

I gn-a nu si laîde marmite qui n' trouve si couviète.

T. L. Il n'y a si laide marmite qui ne trouve son couvercle.

Se dit d'une personne défavorisée par la nature et qui va se marier.

 

518     

mârtchand

MARCHAND

Li martchand qu'a tapé conte si martchandîye a stî pindu.

T. L. Le marchand qui a blâmé sa marchandise a été pendu.

Se dit ironiquement à des parents qui ne tarissent pas d'éloges en parlant de leurs enfants en âge de se marier.

 

519     

mârtchi

MARCHÉ

Fè on martchi da Cambrosète.

T. L. Faire un marché de Cambrosète.

Se dit de quelqu'un qui a conclu un marché de dupe. Note. — Cette expression est typiquement cinacienne, on ne la retrouve nulle part ailleurs et nous croyons intéressant et amusant d'en expliquer l'origine.

Il y a de cela de très nombreuses années, un certain Cambrosète tenait une boutique où l'on pouvait s'approvisionner en marchandises de quelque nature que ce soit, cela pouvant aller du poêle «Brûlé-tout» à la pince à linge. Voici l'histoire telle qu'elle nous fut contée par un très vieux cinacien.

Cambrozète aveut r'cî dès bias nous «Panamas» et il èsteut ocupè à lès disbalè quand on client inture et adouye lès tchapias. Vola wê, di-st-i,

dès bias panamas, combin aloz vinde ça, Mossieû Cambrosète ? — Sûremint nin d'zos trente sous, ç,a m' fis. — Et bin, dj' è prind onk, i m' plaîjèt trop bin.

L' orne mèt 1' panama su s'  tièsse, i paye èt vo-le-là èvôye. One miète

pus lon,  i rèsconture on soçon : T' as là on bia tchapia, Zîré, èwou-ce qui t' as stî trouvè ça ? — Emon Cambrosète, èt ç' qu' èst bia ossi c' èst qui n' costéye qui trente sous.

Li timps do fè l' vôye èt noste orne aveut on noû  panama. Li ossi a rèscontrè on soçon qu' ènn' a rèscontrè on-ôte, todi è-st-i qui po l' nêt,  i gn-aveut pupont d'  panama èmon Cambrosète.

Li pés d' l' istwâre, c' èst qui quand l' facture a arivè, Cambrosète payeûve lès bias panamas à quarante sous.

On 'nn' a faît one riséye èt d'pôy adon,  aus cis qui fiyèt on mwaîs

martchi, on- a dit : T' as faît on martcbi da Cambrosète.

 

520     

massale

JOUE

Èlle a dès fèsses come dès massales di gade.

cf. - fesse 389.

 

521      

massale

Éle baujereut l' cu d' one gade sins s' dauborè lès massales.

cf. - bauji 55.

 

522     

mastoke

SOU

On n' dit nin deûs mèsses por one mastoke.

cf. - messe 535.

 

523     

mau

MAL

I gn-a nu si p'tit mau qui n' eûy si plaîji.

T. L. Il n'y a si petit mal qui n'ait son plaisir.

Signifie que généralement le moindre effort consenti entraîne une satisfaction.

 

524     

mau

Il a l' mau sint-Tîbaut,

I bwèt bin èt n' mougne nin mau.

T. L. Il a le mal de saint Thibaut,

II boit bien et ne mange pas mal.

Se dit à l'adresse d'un malade imaginaire ou d'un douil­let qui se plaint aisément. Variante  :

 

525     

mau

Il a l' mau sint-Tîbaut,

Qui mougne bin èt n' tchît nin mau.

Il a le mal saint-Thibaut,

Qui mange bien et ne chie pas mal.

 

526     

mau

Lès grands maus fièt rouvyi lès p'tits.

T, L. Les grands maux font oublier les petits.

Les petits chagrins disparaissent en présence d'une grande douleur.

 

527     

mau

Li mau d' onk ni r'faît nin l' ci d' l' ôte.

T. L. Le mal d'un ne refait pas celui de l'autre.

Quels que soient les malheurs des autres et l'intérêt que nous y apportions, cela ne nous empêche pas de devoir subir nos propres peines, nos propres revers.

 

528     

maule

MÂLE

Tchèssi à maule.

T. L. Chasser à mâle.

C'est la période de rut chez les animaux. Se dit d'une femme qui recherche la compagnie et le commerce des hommes.

529     

maule

S' on s' vout disfè dès djon.nes, on pout bin catchi l' maule.

T. L. Si on veut se débarrasser des jeunes, on peut bien ca­cher le mâle.

Se dit ironiquement à un père qui a des jeunes filles à marier.

 

530     

maule

Li maule ni vaut nin mia qui l' fumèle.

T. L. Le mâle ne vaut pas mieux que la femelle. Se dit à propos d'un ménage interlope.

 

531      

maurlî

MARGUILLIER

Quand i ploût su l' curè, i gote su l' maurlî.

cf. - curé 259.

 

532     

mauvi

MERLE

Il a s' keûr qui bat come li cu d'on mauvi.

cf. - cœur 177.

 

533     

mayeûr

BOURGMESTRE

I pièd sès papîs, i n' sèrè pus (/ jamaîs) mayeûr.

T. L. Il perd ses papiers, il ne sera plus (/jamais) bourgmestre.

Se dit ironiquement d'une personne qui, par le fond de son pantalon déchiré, laisse apercevoir son linge.

 

534     

mèchenè

GLANER

Il a stî è scole quand lès maîsses alint mèchenè.

cf. - sicole 811.

 

535     

mèsse

MESSE

On n' dit nin deûs mèsses por one mastoke (= po on skèlin).     

T. L. On ne dit pas deux messes pour un sou.

Se dit généralement à une personne qui veut faire répé­ter les paroles qu'elle vient d'entendre.

 

536     

mèsse

On dit bin basse mèsse dins one grande èglîje.

T. L. On dit bien basse messe dans une grande église.

Se dit lorsque le contenant est infiniment plus grand que le contenu.

 

537     

mèstî

MÉTIER

I gn-a pont d' sot mèstî, i gn-a qu' dès sotès djins.

T. L. Il n'y a pas de sot métier, il n'y a que de sottes gens. Toute occupation qui nourrit son homme est bonne.

 

538     

mèstî

On pinse todi qui l' mèstî d' on-ôte èst mèyeûs qui l' sink.

T. L. On pense toujours que le métier d'un autre est meil­leur que le sien.

Cela signifie qu'on n'est jamais content de son sort.

 

539     

mèstî

I n' faî nin l' mèstî d' on-ôte.

T. L.  Il ne fait pas le métier d'un autre.

Se dit de quelqu'un très habile, très adroit dans l'exer­cice de sa profession.

 

540     

minteûr

MENTEUR

Quî dit l' auteûr,

N' èst nin minteûr

cf. - auteur 32.

 

541      

minteûr

Li ci qu' èst minteûr èst voleûr.

T. L. Celui qui est menteur est voleur.

Signifie que celui qui sait tromper d'une manière peut aussi tromper d'une autre.

 

542     

minti

MENTIR

Minti come on rauyeû d' dints.

T. L. Mentir comme un arracheur de dents.

C'est mentir effrontément.

Note. — Locution tirée de ce que autrefois le charlatan, arracheur de dents, promettait à ses pratiques de ne pas les faire souffrir.

 

543     

minti

Il a ossi minti qui l' grand diâle.

T. L. Il a aussi menti que le grand diable.

Se dit de quelqu'un dont on est convaincu qu'il ment.

 

544     

minti

Awè dès « t'as minti ».

T. L. Avoir des « tu as menti ».

C'est avoir des différends avec quelqu'un.

 

545     

minte

Ci n' èst nin one minte què l' sitofe.

T. L. Ce n'est pas un mensonge qui l'étouffé.

Se dit à propos de quelqu'un qui n'éprouve aucun scru­pule pour recourir au mensonge et de qui il est bon de se méfier. i

 

546     

minti

I mint come i rèspire.

T. L. Il ment comme il respire.

Se dit de quelqu'un qui ment d'une manière déconcer­tante et qui ne permet aucune confiance.

 

547     

minti

I vikerè co après awè minti.

cf. - vikè 984.

 

548     

moche

MOUCHE

On n' atrape nin lès moches avou do vinaîgue.

T. L. On n'attrape pas les mouches avec du vinaigre.

On réussit mieux dans les affaires, on subjugue plus de personnes par la douceur que par la dureté et la rigueur.

 

549     

mon.nî

MEUNIER

Fè ses paukes avou lès mon.nîs.

cf. - pauques 665.

 

550     

montè

MONTER

I vaut mia montè qu' do d'chinde.

T. L. Il vaut mieux monter que descendre.

L'ambition est une vertu quand elle poursuit un noble but.

 

551      

montè

Il est montè come trêze qui nè l' sont nin.

T. L. Il est monté comme treize qui ne le sont pas.

Se dit surtout d'un ouvrier qui n'a pas le matériel néces­saire à sa profession.

 

552

moru

MOURIR

Ostant moru qui d' piède si vîye.

T.L. Autant mourir que de perdre sa vie.

Se résigner, rester indifférent, quelle que soit l'issue d'une entreprise.

 

553

moru

I n' è moûrt qui lès pus malades.

T.L. Il n'en meurt que les plus malades.

Se dit en guise de résignation, lorsqu'on se trouve tenu de prendre une décision dont on ignore le résultat possible.

 

554

mostaude

MOUTARDE

C' èst do l' mostaude après l' sopè.

T.L. C'est de la moutarde après le souper.

Se dit d'une chose qui vient lorsqu'on n'en a plus besoin.

 

555

mostaude

Èvoyi à l' mostaude.

T.L. Envoyer à la moutarde.

Congédier quelqu'un avec brusquerie.

 

556

mouchon

OISEAU

On bon mouchon n' tchît jamaîs è s' nid.

T.L. Un bon oiseau ne fiente jamais dans son nid.

C'est en quelque sorte une invitation à la propreté.

 

557

mouchon

C' è-st-on mouchon po l' tchèt.

T.L. C'est un oiseau pour le chat.

= C' è-st-one soris po l' tchèt.

(... une souris ...)

 

558

mouchon

C' èst-on mouchon su l' aye.

T.L. C'est un oiseau sur la haie.

C'est une chose aléatoire.

 

559     

mouchon

OISEAU

I vaut mia on mouchon è s' mwin qui deûs su l' aye. (= ... qu'one cope à djok à l' copète di l' aye.)

T. L. Il vaut mieux un oiseau dans sa main que deux sur la haie. (= qu'un couple juché au sommet de la haie).

Un tiens vaut mieux que deux tu auras.

 

560     

mougni

MANGER

Mougni do gros dès dints.

T. L. Manger du gros des dents.

C'est manger en éprouvant une certaine répugnance.

 

561      

mougni

Mougni à deûs (/ à tos lès) rèsselîs.                    

T. L. Manger à deux (/ à tous les) râteliers.

C'est cumuler des emplois lucratifs ; servir avec profit deux causes opposées.

 

562     

mougni

Mougni come on rauyeû.

T. L. Manger comme un arracheur (s-ent., de pommes de terre).

C'est manger avec beaucoup d'appétit, comme un ogre.

 

563     

mougni

Li ci qui mougne bon, tchît flairant.

T. L. Celui qui mange bon, chie puant.

Les suites d'une chose bonne en elle-même, ne sont pas toujours agréables.

 

564     

moya

MUET

Li lin.we d' on moya vaut mia qui l' cine d' on minteûr.

cf. - lin.we 485.

 

565     

môye

MEULE  (de foin)

Ostant qwèri one awîye dins one môye di foûre.

cf. - awîye 42.

 

566     

mwaîje-paye

MAUVAIS-PAYEUR

Crédit èst mwârt, mwaîje paye l' a touwè.

cf. - crédit 219.

 

567     

mwârt

MORT

Il a l' mwârt su lès-ouys, èt i vout co fè l' amoûr.

T. L. Il a la mort dans les yeux, il veut encore faire l'amour.

Se dit de quelqu'un qui veut entreprendre une chose qu'il ne pourra mener à bonne fin étant donné la situation dans laquelle il se trouve.

 

568     

mwârt

Êwou qu' i gn-a on mwârt, on laît todi l' uch au laudje.

T. L. Où il y a un mort, on laisse toujours la porte ouverte.

Se dit ironiquement à quelqu'un dont la braguette est entr'ouverte.

 

569     

mwârt

Li mwârt a todi on sudjèt.

T. L. La mort a toujours un sujet.

C'est-à-dire que le hasard n'est que l'ignorance des cau­ses.

 

570     

mwârt

On n' vike nin avou lès mwârts.

cf. - vikè 985.

 

571      

mwârt

Quand nos sèrans mwârts, nos n' vikerans pus.

T. L. Quand nous serons morts, nous ne vivrons plus.

Se dit ironiquement pour inviter à prendre la vie du bon côté.

 

572     

mwârt

I gn-a on mwârt o l' maujone.

T. L. Il y a un mort dans la maison.

Se dit pour se moquer de quelqu'un qui a sa braguette ouverte.

 

573     

mwârt

Si l' mwârt nè l' rabiasit nin, i f'rè on laîd cadâve.

T. L. Si la mort ne l'enjolive pas, il fera un laid cadavre.

Se dit en parlant de quelqu'un qui n'est pas beau, soit physiquement, soit des suites d'une maladie.

 

574     

mwin

MAIN

I faut qu' one mwin lave l' ôte.

T. L. Il faut qu'une main lave l'autre.

Cela signifie qu'il faut se rendre des services réci­proques.

 

575     

mwin

Frèdès mwins, tchôdès-amoûrs.

T. L. Froides mains, chaudes amours.

La froideur des mains est, dit-on, le signe d'une com-plexion amoureuse.

 

576     

mwin

Il a pinsè mète si  mwin su  on-aubwisson èt ç' n'èsteut qu'one vèsse-di-leûp.

cf. - aubwisson 26.

 

577     

nârieûs

DÉGOÛTÉ

On bon pourcia n' èst nin nârieûs di s' batch.

cf. - pourcia 728.

 

578     

narène

NARINE

Ci n' èst nin po vosse narène.

T. L. Ce n'est pas pour votre narine (nez).

La chose dont il s'agit ne vous est pas destinée, ne vous concerne pas.

 

579     

narène

Minè pa l' narène.

T. L. Mener par la narine.

C'est abuser de l'ascendant qu'on a sur quelqu'un pour lui faire faire tout ce qu'on veut.

 

580     

narène

I faut afîye lèzî tchôkè l' narène dins leû stron.

T. L. Il faut parfois leur fourrer leur narine dans leur étron.

Il faut parfois user de sévérité envers certaines person­nes et leur faire prendre conscience de la responsabilité qu'elles ont de leurs actes.

 

581      

nasse

NASSE

Ièsse li panse o l' nasse.

cf. - panse 645.

 

582     

navia

NAVET

Quand l' pourcia ènn' a s' sô, lès navias sont seurs.

cf. - pourcia 719.

 

583     

navia

Ièsse blanc come on navia.

T. L. Etre blanc comme un navet.

C'est être excessivement pâle ; effet de l'effroi, de la peur, de la maladie.

 

584      

naw

PARESSEUX

Il èst télemint naw qu' i s' dispiète do l' nêt po bauyi.

cf. - bauyi 58.

 

585      

nez

NEZ

Ça pind au nez da tortos.

cf. - eu 233.

 

586     

nez

On lî a tchôkè s' nez dins si stron.

cf. - stron 848.

 

587      

nez

Satchi lès viêrs foû do nez.

T. L. Tirer les vers du nez.

C'est amener quelqu'un à dire ce qu'on veut savoir, en questionnant adroitement.

 

588      

nez

I n' veut nin pus lon qui l' bètchète di s' nez.

        cf. - bètchète 67.

 

589      

nêgue

NÈGRE

On n' saureut blanki on nêgue.

cf. - blanki 87.

 

590     

neûje

NOISETTE

C' èst todi aus cis qui n'ont pont d' dints qu'on done lès neûjes à crochi.

T. L. C'est toujours à ceux qui n'ont pas de dents qu'on donne les noisettes à croquer.

C'est donner à quelqu'un des choses dont il n'est plus en état de se servir, ou dont il n'a pas besoin.

 

591      

nêvyi

NAGER

Nêvyi inte deûs-êwes.

ci. - êwe 366.

 

592     

nwâr

NOIR

I fait nwâr (/ nût) èwou qu' i s' pièd.

T. L. Il fait noir (/ nuit) où il se perd.

Se dit d'une personne qui prend ses précautions, qui ne marche pas à l'aventure, qui ne se fie pas au hasard.

Par extension, se dit de quelqu'un qui rend un service calculé.

 

593     

nwâr

Il est nwâr come on chure-pot.

T. L. I! est noir (sale) comme un écureur.

Se dit à propos d'un souillon.

 

594     

nwâri

NOIRCIR

On n' èst jamaîs nwâri qu' pa on (/ do) nwâr cu.

T. L. On n'est jamais noirci que par un (/ du) noir cul.

Il n'est que les méchants pour dénigrer les bons.

 

595     

orèye

OREILLE

On sèmereut do pièrzin dins sès-orèyes.

T. L. On sèmerait du persil dans ses oreilles.

Se dit de toute personne malpropre, d'une saleté dé­goûtante.

 

596     

orèye

Ènn' awè one su s'-t-orèye.

T. L. En avoir une sur son'oreille.

Se dit de quelqu'un qui a bu un peu trop (d'alcool).

 

597     

orèye

Si fè satchi l' orèye.                           

T. L. Se faire tirer l'oreille.

C'est avoir de la peine à consentir à quelque chose.

 

598     

orèye

Dwârmu su ses deûs-orèyes.

T. L. Dormir sur ses deux oreilles.

C'est avoir pour vivre, agir en toute quiétude. Avoir tous ses apaisements.

 

599     

orèye

Ni choûtè qu' d' one orèye.

T. L. N'écouter que d'une oreille.

Se dit de quelqu'un qui ne prête que bien peu d'atten­tion aux recommandations qui lui sont faites, aux conseils qui lui sont donnés.

 

17:43 Écrit par justitia & veritas | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.